Chronique d'une Restauration

Ambassade de Suisse a Paris

L’Hôtel de Besenval, du nom du Baron de Besenval, Commandant de la Garde Suisse, est un exemple du mode de vie et d’apparat sous Louis XVI. Il abrite aujourd’hui l’Ambassade de Suisse à Paris.

Les travaux de restauration des salons ont été réalisés dans le cadre de la remise en état de l’Ambassade, ces travaux eurent lieu en exploitation et en étape dès 2017 et s’achèveront fin 2020. Seuls les salons ont été fermés ou partiellement fermés pendant leur restauration.

De surcroît, les travaux ont également concerné la réfection des façades et de la toiture, la création d’un ascenseur permettant la desserte de tous les étages, le réaménagement de la grande cuisine et d’une cuisine dans la partie privée, la réfection des installations sanitaires et de chauffage, la mise au norme électrique générale et l’adaptation aux personnes à mobilité réduite de la Chancellerie.

Les espaces considérés et visités sont ceux de la représentation. On y reçoit, on y accueille, on donne à voir.

C’est dans cette optique, celle conjuguée, d’une restauration à l’identique, que le travail s’est accompli. Tenir compte de l’origine, être attentif aux modifications, parfois peu évidentes à discerner, liées aux occupations successives et tenter alors, de redorer, au sens propre comme au sens figuré, l’image.

Préparation du support Dorure Résultat Restauration meubles

Au-delà du Vestibule, orné de grands panneaux de miroirs au mercure et d’une lanterne en bronze, s’articulent cinq salons.

Cinq salons, qui appartiennent à des degrés divers d’intimité, et s’associent en enfilade. Le jeu des matières s’accompagne, en tous points, de celui de la lumière, celle du jour, quand boiseries et dorures peuvent la capter, artificielle, en gardant à l’esprit qu’il s’agissait autrefois de bougies et que cette chaleur doit être conservée.

L’alcôve, recèle désormais des miroirs au mercure afin de démultiplier motifs et dorures, décors en passementeries, franges, glands et cartisanes, complètent les étoffes, quant à l’intérieur des vitrines, gainé de satin et franges, il accueille, la collection de statues en biscuit de Sèvres.

Le Salon des Ministres, classé monument historique, fit l’objet de recherches stratigraphiques déterminant les différents apports chromatiques. Cette connaissance, a permis, en addition de la restauration des tapisseries, de révéler la tonalité des décors d’origine. Ici, la source de lumière provient de lustres et appliques, qui, complétés, donnent éclat aux reliefs des motifs et encadrent les trois grands miroirs.

Appelé à devenir le salon de musique, en y accueillent un piano, le Salon des Perroquets, s’offre désormais dans une refonte totale des teintes, s’inspirant d’un lampas, assemblage de fils de soie en relief, et mariant ainsi, or, vert, et motif floral.

Hôte d’une grande tapisserie de la Manufacture des Gobelins, le Salon de la Tapisserie, recherche sobrement, par les tonalités, la richesse de la lumière, l’ajout de grandes appliques en bronze, sur le modèle de Caffieri, à accompagner l’œuvre.

Enfin, bénéficiant des mêmes investigations que le Salon des Ministres, la Salle à Manger, elle-aussi classée, mêle au jeu chromatique des boiseries, du camaïeu de gris au bleu Turquin, un travail spécifique sur la lustrerie et les étoffes.

L’inventaire préexistant fut agrémenté d’acquisitions, principalement d’objets, choisis dans le répertoire associé aux époques successives de la vie de l’Hôtel.

Gestion de projet maître d’ouvrage: Sophie Lanthmann

Architecte: Alexandre Kabok, KCA Architecture
Architecte d'intérieur: Philippe Jégou, Philippe Jégou Décoration

Photographie:

Yvan Moreau (image 1-7)

Atélier Mériguet-Carrère (image «Dorure» ; «Résultat», «Restauration meubles»)

Alexandre Kabok (image «Préparation du support»)

Dernière modification 30.07.2020

Début de la page

https://www.bbl.admin.ch/content/bbl/fr/home/bauten/bauwesen/aktuelle-bauprojekte/chronik-einer-restauration.html